+32-486 62 42 62
info@embem.be

Le Vif L’Express : en finir avec l’obsession frériste ?

Le Vif L’Express : en finir avec l’obsession frériste ?

Bruxelles, le 9 mars 2015

KMBT_C284e-20150305104744

EmBeM – Empowering Belgian Muslims asbl – a lu avec consternation le dossier du Vif-L’Express de ce vendredi 6 mars affirmant sans réserve « comment les FRERES MUSULMANS ont pris la Belgique en otage ».

 

Au-delà de la titraille outrancière et anxiogène, l’auteure du dossier, Marie-Cécile Royen, consacre l’essentiel de son article à tenter de démontrer une théorie complotiste sur la base de corrélations, de connexions familiales, de relations professionnelles ou militantes. Un seul principe que nous n’oserions qualifier de méthodologique sous-tend cette construction digne des chefs-d’œuvre du 9/11 conspiracy : « qui se ressemble, s’assemble ».

 

A ce titre, EmBeM est pointée du doigt à plusieurs reprises et soupçonnée d’être un sous-marin de la mouvance frériste. Pourtant, en dehors de son co-fondateur et actuel vice-président, lui-même en rupture publique avec cette organisation depuis bientôt 3 ans, personne au sein du conseil d’administration d’EmBeM n’est membre des Frères Musulmans. Si par contre, selon les critères du Vif-L’Express, avoir écouté une conférence de Tariq Ramadan suffit à faire de tout individu un membre de la mouvance frériste, alors, certes, nostra maxima culpa, nous avons tous été « contaminé(e)s » au moins une fois dans notre vie par l’idéologie ramadanienne, comme probablement l’immense majorité des musulmans de Belgique, ainsi que bon nombre de non musulmans.

 

EmBeM réfute également l’allégation selon laquelle l’idée de sa création « aurait germé à l’ambassade américaine », sous-entendant qu’EmBeM serait, également, une créature de l’impérialisme yankee. Si l’idée d’EmBeM est née dans un quartier populaire bruxellois, elle a en effet très tôt bénéficié de l’intérêt de l’ambassade des USA, comme du Ministère (belge) pour l’Egalité des Chances, qui ont tous deux soutenus le meeting de lancement public du projet en 2012. Depuis lors EmBeM n’a reçu aucun subside. Au lieu de repeindre EmBeM en cheval de Troie états-unien, Mme Royen aurait pu interroger les différentes autorités belges concernées par le devenir de l’islam et des musulmans de Belgique sur le fait qu’à peu près aucune d’entre elles n’ait voulu engager un dialogue constructif avec des professionnels qui amènent des idées novatrices et se veulent être des partenaires de la solution plutôt que de se cantonner à être la cause du problème. Le dialogue avec les autorités états-uniennes est moins le reflet de leur prétendu interventionnisme que celui de l’indifférence continue d’une certaine frange des élites politiques et économiques belges envers leurs concitoyen-ne-s issu(e)s de la diversité.

 

Plus profondément, EmBeM regrette le manque flagrant de déontologie et d’éthique journalistique dont Mme Royen a fait preuve. Elle n’a pas cherché à réaliser une enquête pour informer le public, mais à plaider coûte que coûte dans les pages de l’hebdomadaire francophone pour l’hypothèse de sa vie, et ce à l’épreuve des faits. Aucun(e) administrateur/trice d’EmBeM n’a été contacté(e) par Mme Royen, ne fût-ce que par soucis de donner une voix à celles et ceux qu’elle accuse gravement, de manière infondée, portant préjudice à leur réputation et leur carrière personnelle et professionnelle.

 

EmBeM et ses administrateurs/trices étudient les différentes options disponibles pour faire valoir leurs droits tout en s’interrogeant sur la vague de « Muslim activist bashing » qui agite pour le moment une partie de la presse francophone de Belgique à l’heure de l’émergence d’un nouveau leadership associatif musulman belge autonome, ouvert aux partenariats et profondément respectueux de notre Etat de droit.

 

A l’heure où toutes les forces vives doivent se rassembler pour créer ce « Nous » inclusif essentiel à la lutte contre l’idéologie mortifère des mouvements extrémistes, les média ont une responsabilité toute particulière : éviter de répandre confusion, amalgame, voire désinformation, et au contraire réaliser un travail d’information de qualité, objectivée et rigoureuse. Le dossier du Vif-L’Express, par sa médiocrité, a malheureusement contribué à polariser la société et renforcer le sentiment, chez nombre de musulman(e)s, qu’effectivement, ils/elles sont sans cesse suspecté(e)s et qu’ils/elles ne font pas partie de la société de manière égale.

 

Le Conseil d’Administration d’EmBeM – Empowering Belgian Muslims asbl

 

 

 

 

Contact :

Mobile : 0487 509 345 (Michael Privot)

Mail : info@embem.be

Social

Education/Sport/Loisirs

Professionnel

Art

Religion/Da'wa

EmBeM : Welcome !

Authorize

Mot de passe oublié

Inscription